Suppression de la valeur locative, qui sont les grands gagnants ?

27.03.19
[IMG 2300]

Est-ce que malgré plusieurs tentatives infructueuses, en 2004 et en 2012, la valeur locative va-t-elle finir par disparaître ? Avec son nouveau projet, la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des États pourrait bien y parvenir mais ce projet crée d’ores et déjà le débat et les avis divergent. On vous explique tout.

La valeur locative, c’est quoi ?

La valeur locative est calculée par le propriétaire au moment de payer ses impôts et permet de définir une somme fictive représentant la valeur à laquelle il pourrait faire louer son bien.
Celui-ci doit ajouter cette somme à son revenu, cette fois-ci bien réel, afin d’être imposé sur la totalité de ce montant.

Qu’est-ce qui va changer si le projet passe ?

La taxation sur la valeur locative des résidences principales sera tout simplement abandonnée. En contrepartie, les propriétaires ne pourront plus déduire fiscalement les frais d’accession à la propriété, tels que les intérêts hypothécaires et les coûts d’entretien.

Une exception à la règle se dessine toutefois pour les acquéreurs d’un premier logement, pour qui une partie des intérêts de la dette pourrait être toujours déduite progressivement pendant une dizaine d'années.

Ce nouveau système créerait un véritable coup de tonnerre dans le monde de l'immobilier. Connu pour être les champions de la dette hypothécaire en Europe, les propriétaires suisses auraient alors tout intérêt à réduire leur hypothèque. Ainsi, le nombre de ménage dans une situation à risque serait alors réduite.

Qui seraient les gagnants de la réforme si elle est acceptée ?


  • Tous les propriétaires avec un taux hypothécaire bas

  • Les personnes âgées qui possèdent une maison déjà bien amortie

  • Les propriétaires qui ont réussi à épargner

  • La Suisse de manière générale, qui gagnerait en stabilité



Et qui seraient les perdants ?

  • L’état, qui perdrait une importante source de revenu

  • Les jeunes familles lourdement endettées par l’achat d’un bien en cas de hausse du taux hypothécaire

  • Le secteur de la construction car les propriétaires ne pourront plus faire déduire leurs frais

  • Ceux qui possèdent de vieilles maisons nécessitant des travaux